Structure du cheveu

LA STRUCTURE DU CHEVEU PEUT ÊTRE COMPARÉE À CELLE D’UNE PLANTE, ELLE COMPREND UNE RACINE CACHÉE (LE FOLLICULE PILEUX) ET UNE TIGE VISIBLE (TIGE CAPILLAIRE OU TIGE PILAIRE). NOUS PORTONS GÉNÉRALEMENT TOUTE NOTRE ATTENTION À LA TIGE CAPILLAIRE. CE QUI VA DE SOIT, CAR ELLE NOUS EST DIRECTEMENT ACCESSIBLE. POURTANT, C’EST LA RACINE QUI JOUE UN RÔLE PRIMORDIAL DANS LA CONSTRUCTION ET LA CROISSANCE DU CHEVEU.
POUR COMPRENDRE COMMENT SE DÉVELOPPE NOTRE CHEVELURE, IL EST DONC IMPORTANT DE CONNAITRE LES CARACTÉRISTIQUES PROPRES À CHACUNE DE CES PARTIES.
 

structure cheveu

La racine, aussi appelée « follicule pileux », est implantée dans le derme de la tête à 4mm de profondeur. C’est sa forme plus ou moins arrondie qui détermine si le cheveu sera lisse ou bouclé.

Si elle a une forme ovale, aplatie et fine, les cheveux seront bouclés. Par contre si sa forme est plutôt arrondie et large, les cheveux seront épais et lises. Nous aurons donc aux deux extrêmes, le cheveu crépu et le cheveu lise de type asiatique et entre les deux toutes les autres déclinaisons possibles.

La racine est une partie vivante et dynamique. Si son fonctionnement est trop perturbé, la tige poussera mal voir plus du tout à long terme. Parmi les facteurs qui peuvent altérer son fonctionnement, on peut citer ceux liés à notre mode de vie et à notre état de santé (déséquilibres hormonaux, stress, fatigue, tabagisme, chocs émotionnels, désordres alimentaires et certains médicaments), sans oublier les agressions que nous infligeons à répétition à notre chevelure (colorations, permanente, défrisage, extensions,…).

À sa base, la racine comprend un bulbe à l’extrémité duquel se trouve la papille dermique, elle- même reliée à des vaisseaux sanguins.

La combinaison de ces trois éléments forme à proprement parler « la matrice ».

La matrice est l’unité de production du cheveu et son fonctionnement est relativement simple.

Les vaisseaux sanguins apportent à la papille dermique les nutriments nécessaires à la fabrication du cheveu. Par un phénomène de division cellulaire, le bulbe se remplit de cellules de kératine et de mélanine. Une fois que le bulbe est rempli de cellules, celles-ci remontent progressivement le long du follicule pileux. Arrivées à la surface, elles repoussent les anciennes cellules qui forment la tige et allongent alors le cheveu.

La racine est connectée d’une part aux glandes sébacées –c’est la raison pour laquelle on parle parfois du follicule pilosébacé- et de l’autre au muscle arrecteur.

Grâce au sébum que les glandes sébacées produisent, elles lubrifient les cheveux et leurs apportent brillance et souplesse. La production de sébum varie sous l’effet des hormones et du climat. À titre d’exemple, nous en produisons plus à l’adolescence qu’à l’âge adulte, quand il fait chaud que lorsqu’il fait froid.

Une trop grande production de sébum rend les cheveux gras, par contre, si les glandes sébacées ne produisent pas assez de sébum, les cheveux sont secs.

Le muscle arrecteur participe quant à lui principalement à la régulation thermique de notre corps. Son activation se fait de façon inconsciente. À titre d’exemple, il se contracte lorsque nous avons froid pour diminuer les pertes de chaleur ou encore lorsque nous faisons face à une émotion forte (peur, colère,…).

tige

La tige capillaire est une partie inerte qui une fois constituée n’est plus irriguée par les vaisseaux sanguins. Son hydratation et sa nutrition proviennent en grande partie des soins que nous lui apportons.

La tige capillaire possède une forme cylindrique qui se divise en trois couches. Dans son centre se trouve la moelle (ou médulle), elle est enveloppée par le cortex qui est lui-même entouré par la cuticule.

La moelle forme un tube de kératine parsemé de bulles creuses. Elle ne confère aucune caractéristique particulière au cheveu. On peut dire qu’elle intervient indirectement sur le volume du cheveu, car elle peut être absente lorsque celui-ci est très fin.

Le cortex constitue la partie moyenne de la tige capillaire, elle est aussi la plus épaisse. C’est au niveau du cortex que se situe la mélanine qui colore le cheveu et la kératine qui lui donne son élasticité et sa solidité.

C’est cette kératine que les défrisants va briser pour allonger et lisser définitivement la tige. Dans un premier temps, le cheveu semble plus lise et plus soyeux, mais ensuite à cause de la dégradation provoquée par le produit défrisant, le cheveu devient fragile et fourchu.

La cuticule est la partie externe du cheveu, elle ressemble à une toiture formée par de fines écailles de kératine. C’est la partie que nous visualisons le plus facilement, car elle est souvent représentée dans les publicités.

Les écailles de kératine qui la compose forment une protection contre les agressions extérieures. Elle préserve également l’hydratation du cheveu en le rendant en partie imperméable. Heureusement, cette imperméabilité n’est que partielle. En effet, au contact de l’eau (ou d’autre liquide), la tige gonfle et les écailles de la cuticule s’ouvrent.

Ce phénomène rend possible l’hydratation du cheveu et permet aux actifs contenus dans les produits capillaires de pénétrer dans la tige pour agir en toute tranquillité.

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.naturalbynoelly.com/structure/

(1 commentaire)

    • w-indies on 25 novembre 2014 at 16:22
    • Répondre

    Bonjour et merci pour ces excellents articles.
    Au contact de l’eau, combien de temps mettent les écailles de la kératine à s’ouvir ?
    Et est-ce une valeur universelle ou non?

    Bonne journée!

Laisser un commentaire